Jacques Olivier GRATIOT

Vigneron et poète, Jacques Olivier Gratiot partage sa vie entre Paris, Saint-Emilion et la Corse.


Un des sens


Un des sens : résumé

Parce que la vie est à défendre, à embellir, à aimer, à inventer.
Parce que, chaque matin, il a un petit morceau de rêve à croquer.
Parce que, chaque matin, il a un sourire de vie à protéger.
Les mots sont ses outils à lui.
Jacques Olivier Gratiot bâtit avec les mots comme d'autres taillent la pierre de leur maison, assemblent le bois de leur charpente, tracent leurs champs, soignent leurs bêtes, embrassent leurs enfants.
Il chante nos émotions ; milite avec Gyrophare, Fantasfric, Dessus Dessous, Miroir, A l'arme ; embellit avec Prière de mai, Carnavage, La nuit ; aime avec Dormeuse, Orne, La leçon d'écriture, Ivre moi, Un des sens ; sourit avec Ma vie, Milord, Détour, Essaime.

ISBN : 978-2-84859-010-3
Édition numérique : 4.99 €

Pour acheter Un des sens, version numérique, cliquez sur le titre.

Un des sens : extrait

Ma vie

Elle a filé
Comme un lacet
Dans un soulier.
Un matin
Je me suis réveillé,
Et tout était passé,
Comme un métro raté.
Elle ne m'a rien laissé
Même pas un petit mot
La vie c'est du gâteau,
Je l'avais tout bouffé.
J'en avais rien gardé
Pas même un petit bien
Pas même un petit chien.
Ma vie
Elle a glissé
Sur une taie d'oreiller
Sur une toile cirée.
Un jour elle s'est sauvée,
Sans prévenir,
Sans courir,
Elle a pris mon vélo
C'était un jour de mai
Où les fleurs et les femmes
Dans mon dos lui souriaient ;
Elle aurait pu m'attendre
Mais ça n'a pas marché
Au passage à niveau
J'ai pu la rattraper.
Ce que j'aurais aimé
C'était d'la dessiner
J'aurais pu l'accrocher.
Elle ne m'a pas fait signe
Un cliché une pub
Elle s'est consumée
Au fond du cendrier ;
Pas qu'elle était ratée
Ça ce n'était pas vrai
Je l'ai longtemps cherchée
Je lui avais rien fait
Elle avait toute fondu
Comme un cornet glacé.
Je l'aurais même prêtée
Mais où est-elle passée
Au présent imparfait
Elle m'a échappé,
Elle devait pas m'aimer
Alors elle s'est barrée.
Juste un mot sur la terre :
" Tu ne m'as pas regardée "
Je n'y avais pas pensé.

Aucun commentaire: